LA LIBERATION EN MARCHE

De par sa déclaration à la course présidentielle, le Pasteur Mailhol vient bousculer le code habituel des politiciens malagasy du fait de ses bagages ecclésiastiques agrémentés de son immense cote de popularité. D’un part très sollicité par les grands médias nationaux qui lui permet d’imposer le rythme du débat politique, et d’autre part, le tempo au vu d’une nouvelle gouvernance à taux zéro de corruption. Mais voilà Madagascar est – elle prête à accueillir ce changement radical ?

 

 En effet, pressenti comme étant un candidat puissant pour la présidentielle en 2018, la présence de Pasteur Mailhol dans la course ne cesse de susciter des chamboulements qui impliquent une nouvelle redistribution des cartes dans le cercle politique malagasy. De toute évidence, le Président du parti fondateur du GFFM ( GEDEON CONTRE LA PAUVRETE  et LA CORRUPTION) se révèle être un candidat inattendu, emmenant avec lui le souffle d’un nouvel élan et le dynamisme du renouveau susceptible de faire basculer la donne au résultat final.

 De prime abord, longtemps considéré comme un élément perturbateur pour le Pasteur Mailhol, l’année 2013, l’année du suspense pour bon nombre de nos concitoyens aurait paradoxalement contribué à faire connaitre grandement son nom sur tout le territoire national Malagasy.  Le fait de se projeter dans le futur n’empêcha pas néanmoins le Pasteur Mailhol, de faire son mea culpa devant les micros des journalistes à l’endroit de la population qui attendait son intervention depuis cette année – là.

Par ailleurs, le Pasteur Mailhol avait fait une mise au point du fameux  » porté au pouvoir « ; d’un côté, le choix d’affronter le suffrage universel offre le choix d’être « porté au pouvoir » par le peuple par le biais d’une élection, d’une autre, « porté au pouvoir » par les militaires après des effusions de sang dues aux affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants (schéma de prise de pouvoir en 2009). Le Pasteur Mailhol a toujours clamé haut et fort que le sang a suffisamment coulé à Madagascar et pourtant nous ne cessons de régresser dans tous les domaines.

A l’écoute de nombreux appels qui lui sont adressés et devant l’impuissance des dirigeants face à la montagne d’équations à résoudre, et ce, malgré les nombreux efforts fournis, nous devons affirmer que la solution adéquate ne semble plus être à la portée de nos politiciens. Le Pasteur Mailhol estime qu’il est temps pour l’entité religieuse de prendre ses responsabilités dans le but de remettre Madagascar sur pied ainsi que d’instaurer une politique nouvelle qui va impacter d’une manière positive, directement sur tout l’environnement politique et social puis le bien-être de la population au quotidien.

Ayant reçu la décoration de Commandeur de l’ordre national Malagasy, le Pasteur Mailhol est l’un des rares qui avait réussi à transmettre son amour de la justice à sa famille religieuse en raison de cela il reçoit en retour son soutien sans faille, ce qui constitue un moyen redoutable entre ses mains

 Classé parmi les pays les plus pauvres du monde, au rang des pays qui avaient vécu des guerres civiles, 96% de la population vivant en dessous de 2$ par jour selon les documents de la banque mondiale, il est clairement notifié que le salut de Madagascar ne viendra ni des grandes puissances étrangères qui pourtant nous ont toujours épaulés ni des politiciens locaux qui connaissent si bien le rodage de « comment gérer Madagascar ?». Lors de ses différentes interviews, le Président du parti GFFM n’a pas hésité à citer quelques panoplies de mesures qu’il appliquera stricto-sensu s’il lui est accordé de prendre les règnes de Madagascar.

Depuis quelques semaines déjà, le Pasteur Mailhol aurait ponctué les avertissements à l’intention de tous ceux qui souhaiteraient entrer dans son gouvernement et dans toutes les différentes sortes d’institutions publiques, il prône le renvoi immédiat pour tous fonctionnaires pris en flagrant délit de corruption, ce point étant la devise même de son parti politique. Le Pasteur Mailhol dirigera une vaste lutte anti-corruption démesurée et sans limite de champs d’actions afin d’assainir le corps administratif malagasy dans les différents domaines ministériels. Il a également promis d’accorder le plein pouvoir aux institutions telles que les BIANCO, SAMIFIN pour qu’elles puissent finaliser leur travail d’investigation, d’autant que ce mode de travail permet de se soustraire de la pression de différentes sortes de pouvoirs (législatifs et autres…).

 

Le président fondateur du GFFM a également mis en évidence l’importance de la transparence, mettre au vu et au su de la population les décisions prises et les actions menées par le gouvernement. Les consultations populaires seront organisées afin de les déterminer avec le peuple. En soit, la formule adéquate de façon à ce que MADAGASCAR puisse accueillir les retombées économiques issues de ces grands contrats miniers. Sans oublier les autres sujets importants qui méritent le débat national, relayés par les médias. Il souhaite redorer le blason de la presse Malagasy, en peu de mots accorder la libre expression à tous les médias du territoire. La liberté de manifester encadrés par les militaires dans le but d’éviter les débordements de violence et de vandalisme. 

En tant qu’homme d’église, le Pasteur Mailhol revendique œuvrer avec une PUISSANCE qui régit le droit de la justice et du partage équitable, s’exprimant sur la laïcité lors de ces interviews, le Pasteur Mailhol ne manque pas de souligner les dégâts causés par de telle mesure sur notre pays. Réitérant que nous supportons aujourd’hui le produit de la laïcité car la justice sociale a été longtemps écartée et ignorée dans les palais des dirigeants à cause de la séparation de l’église et de l’Etat. La laïcité qui oblige à mettre de côté l’éthique morale, garantit aux minorités le pouvoir d’amasser à leurs aises sans être inquiétés. En parallèle notamment la démocratie tant appréciée qui apporte son lot de mortalité périodique à chaque renversement du gouvernement. Régissant nos lois, à eux deux ces idéologies seraient des armes dangereuses entre les mains de nos oppresseurs car elles anéantissent à tout jamais toutes tentatives de rebondissement économique. En finalité, ce sont des préceptes nullement appropriés à notre pays.

 

Le Pasteur Mailhol tient enfin à rassurer le peuple de son respect de la tradition Malagasy, telle la liberté de toute religion à coexister pacifiquement à Madagascar.

 

Le président fondateur du GFFM lance un appel à l’endroit de tous Malagasy, quelle que soit sa localité, à tous ceux qui ont la volonté réelle de relever notre pays bien aimé, de se lever et d’unir nos forces afin d’en finir avec le dilemme « corruption – pauvreté » et de prendre part à la refondation et la reconstruction de notre pays. Le Pasteur Mailhol accueille à bras ouverts également tous ceux qui ont des programmes visant à promouvoir le développement durable à Madagascar, invitant les économistes autour d’une table ronde afin de déterminer à quel moment et dans quelles conditions nous pouvons sortir de l’escarcelle des puissantes nations, de manière à rendre moindre, l’ingérence dans la gestion de notre pays.

 

Le Pasteur Mailhol avait manifesté le désir de coopération malgacho-malgache, de rechercher le budget nécessaire à la préparation de l’élection présidentielle 2018 à l’intérieur de Madagascar. Car, il en est fort de son expérience à la tête de sa congrégation depuis une vingtaine d’années, (n’ayant jamais reçu des aides venant de l’extérieur).

 

A l’image de l’église que le Pasteur Mailhol est actuellement en train de construire, désignée comme la plus grande d’Afrique, il n’en réserve pas moins des projets de grandes envergures pour notre pays. Semblable à ces grandes infrastructures dans les pays asiatiques, qui ne sont pas si loin de Madagascar, des grandes réalisations dans le domaine de ponts et chaussées, l’urbanisation, la construction des nouvelles villes, des logements confortables dignes de ce nom etc. Le Pasteur Mailhol affiche également l’ambition de faire connaitre Madagascar dans le concert des nations. Doté d’une capacité d’analyse différent des politiciens, le Pasteur Mailhol aurait également reçu l’autorité de pulvériser la corruption et la pauvreté sous toutes ses formes.

 

 Dans ce combat pour la justice et pour la paix de votre peuple, quand vous serez arrivé sur la plus haute marche du pouvoir à Madagascar. Le parti GFFM n’aurai qu’une seule phrase à vous adresser :


                                  

                          « JEHOVAH ANIE HOMBA ANAO RY LEHILAHY MAHERY »

 

 

Judith Ranarivelo

GFFM Europe