PERSONNALITE INCONTOURNABLE

 Le renversement de gouvernement surgit comme un lot inévitable pour beaucoup de pays africains. Madagascar risque -t- elle de connaitre le triste sort qu’ a vécu le peuple Burkinabe récemment à cause de la révision constitutionnelle?  L’ entêtement de nos politiciens à persister dans leur crise relationnelle entraînera- t- il Madagascar sur une pente glissante de l’implosion sociale? A supposer que le suffrage universel n’ aura pas lieu en 2018, à qui profitera t-elle la situation? existe – t- il une personnalité malagasy ayant cette autorité à mettre fin à cette capacité de nuisance de nos politiciens sur leurs administrés?
En effet, il faudrait une FORCE pour arracher Madagascar du tourment où elle s’est incarcérée. Réputée parmi les pays riches de richesses naturelles, sur ses terres mais également sur ses périmètres marins, géopolitiquement un meilleur point stratégique situé dans l’ océan indien, Madagascar dispose de tous les atouts ainsi que la potentialité qui lui sont nécessaire dans sa recherche de bien être au même titre que les pays avancés. Mais à l’ évidence, elle rencontre un problème majeur au niveau de la gestion de ses ressources, aussi bien techniques mais surtout humaines.
Décrit comme un pays « milamina » de son temps par l’ ancien président Didier Ratsiraka par rapport à nos voisins les africains, Aujourd’hui Madagascar n’en mène pas large, car devenue le terrain de chasse favori des « dahalo » qui font déplacer des villageois entiers, exercices de tuerie écœurant entre concitoyens; à noter également l’ intensité des violences que subissent les voyageurs sur les routes nationales. L’insécurité atteint son comble avec le « lynchage populaire » partout dans l’ île.
Le Pasteur Mailhol invité dernièrement par les média de la région de Morondava a encore une fois relevé la nécessite d’ une nouvelle démarche assez radicale venant des dirigeants, afin d’assainir l’ administration malagasy; en partant du haut jusqu’au bas de l’ échelle. Il a mis en évidence le contraste entre la diligence des politiciens et la sienne si il est porté au pouvoir. En effet si le Pasteur Mailhol en convient que les politiques ne sont là que pour rafler le maximum de profits; il ne peut plus concevoir la continuité de cette pratique de détournement de fonds ni de corruption généralisée dans toutes les institutions, encore moins l’ambiance de l’ insécurité. Par contre , le Pasteur Mailhol a tenu à souligner que le fondement de ce désordre publique serait la pauvreté.
Le dirigeant du parti GFFM de relancer le débat sur les dégâts que viennent causer la discorde et « vengeances » existant entre nos dirigeants successifs. Comme c’était le cas de l’ Amiral Ratsiraka pourchassé par le président Ravalomanana en 2002; Il a trouvé refuge en terre française, s’ ensuit également le président Rajoelina qui s’est occupé personnellement de son prédécesseur Ravalomanana. Lors de la prise de pouvoir en 2009; ce dernier avait dû s’exiler en Afrique du Sud. Lasse de supporter le règlement de compte entre anciens dirigeants,  et de leurs politiques de chasse à l’homme, le Pasteur Mailhol reste la seule figure politique crédible du fait de sa position  de NEUTRALITÉ. Il reste le seul moyen EFFICACE pour stopper l’hémorragie de la vengeance cyclique entre politiciens à Madagascar.
Le dirigeant du GFFM d’exprimer sur les plateaux radio que son parti dispose d’ un projet de société mûrement preparé, à la hauteur de sa devise qu’est la lutte contre la pauvreté, incluant toute les différentes couches sociales, en mentionnant son souhait d’ un élan nationale afin de redresser ensemble l’ économie de Madagascar.
Mettant en avant une concertation nationale après les éléctions presidentielles en 2018, le fondateur du GFFM suggère aux malagasy de choisir entre une pannelle de constitutions telles que:
– Etat Unitaire
– Etat fedéral
– Autocratie
– Théocratie
– Regime Parlementaire
Il est apparent que si le Pasteur Mailhol se pencherait plus vers la Théocratie, il a d’ores et déjà annoncé qu’il serait plus favorable à un Etat fédéral qui permettrait d’avantager les régions par la décentralisation du pouvoir.
Confiant dans la PUISSANCE qui mènera notre pays vers une nouvelle émergeance économique, le Pasteur Mailhol de conforter ses compatriotes que c’est pour bientôt.
Judith Ranarivelo
Gffm Europe