UNE VOIX FORTE

Une voix forte au départ du SUD de MADAGASCAR, le pays dont le Président MAILHOL est originaire. En effet, un fait singulier qui avait beaucoup marqué la journaliste de la chaîne GTV car elle avait mentionné sur le plateau le fait que, durant sa prêche, devant des centaines de fidèles à FIANARANTSOA, le Président MAILHOL décrivait en simultanée le déroulement de la scène sur l’événement du 21 avril dernier sur la place du 13 mai à Tananarive, la marche d’ une grande foule, ainsi que la présence des forces de l’ ordre ( EMMOREG – GSIS) jusqu’au relâchement de cette dernière, ainsi que mort d’homme. Et ce, sans avoir été au courant de ce qu’il s’y passait. 

L’on peut déduire en fait que deux événements majeurs se sont produits la semaine dernière dans la grande île. La tenue d’une part, dans la capitale du Betsileo d’un séminaire organisé par le K3F, un organe de réflexion catholique, qui a vu la participation de quelques 800 personnes, dont certains candidats à l’élection présidentielle, des hommes d’église, des chefs politiques etc. La problématique était surtout axée sur la base de tous les maux qui rongent notre pays, l’inexistence de la Vérité, de Sérénité, de Bien-être pour la population entière. Ainsi donc, la réunion avait accouché de certaines résolutions reconnues d’utilité par tous, entre autres, la proposition d’un dialogue politique pour le dénouement de la crise actuelle, des solutions portées au niveau des entités concernées, censées leur accorder une force exécutoire.


D’autre part, la friction entre les éléments des forces de l’ordre et la foule immense venue soutenir  » les députés du changement  » (une coalition des partis MAPAR du Président RAJOELINA et du TIM de RAVALOMANANA) devant le parvis de l’hôtel de ville de la capitale de MADAGASCAR. Au total, on déplore 2 morts et plusieurs blessés; et en définitive, les députés réclament le départ du Président RAJAONARIMAMPIANINA, en déposant une requête en déchéance du Président de la République à la Haute Cour Constitutionnelle.

Très fier de sa ville natale, et du village où il a passé son enfance, sans nul doute que le Président MAILHOL avait déjà reçu l’un de ses plus beaux cadeaux, la marque de la reconnaissance des siens, en la bénédiction de 16 représentants de différentes églises sous forme d’un culte œcuménique. Somme toute, le Président MAILHOL avait saisi le moment pour affirmer que ceci est une belle esquisse de rapprochement, un message fort envers la nation d’une prise de conscience collective qui débute par les religieux. Mais encore, le Président MAILHOL avait sauté sur l’occasion afin d’exhorter les églises cadettes à s’unir à l’image du FFKM dont le mode opératoire serait de garder l’indépendance de chacune sur sa doctrine, gestion budgétaire etc.; de laisser de côté les idéologies divergentes dans l’intérêt de former un bloc et de faire en sorte qu’au moment venu, tous les chrétiens de MADAGASCAR puissent se regrouper au sein du FFKM.

Le Président MAILHOL avait évoqué de même, le dilemme auquel doit faire face la population MALAGASY et les entités concernées pour mener à bien une élection inclusive, dénuée de fraudes électorales et acceptée par tous. Quelle que soit la résolution qui serait adoptée dans la transparence, il est important dit-il de trouver LA PIECE MAITRESSE, l’homme qui apportera primo la solution pérenne aux problèmes des Présidents sortants sous forme de certaines prérogatives à vie qui les protégeraient entre eux-mêmes. Il est d’une certitude que les mettre sur un même pied d’égalité mettra la population MALAGASY à l’abri de la  » vengeance politique » pour de bon.

Secundo, notre pays est plongé dans une crise profonde. MADAGASCAR a atteint un seuil de pauvreté qui dépasse l’entendement. Il est donc devenu une  » URGENCE » de trouver la personnalité, qui a la stature d’un homme d’ Etat, dans la mesure où il a les mains libres (aucune négociation secrète avec les puissances étrangères au niveau de nos ressources naturelles), qui aurait la capacité d’appliquer dans l’immédiat des mesures qui soulageraient directement la souffrance de la population au quotidien telles que la baisse du prix de Pétrole à la pompe, la baisse du prix du riz etc.; et dans le court et le long terme, la maîtrise de la gestion de nos ressources minérales, le recours à la politique du gagnant-gagnant et le droit de vision. Dans la mesure du possible, il ne faut pas perdre de vue que nos ressources minières demeurent la source potentielle de la crise cyclique et les troubles qui secouent notre pays.


Le Président du GFFM (GEDEON CONTRE LA PAUVRETÉ A MADAGASCAR) réitère que le moment est venu de prendre la responsabilité devant la détresse d’une nation entière. La PAUVRETÉ est si violente et criarde, qu’il faut se permettre d’explorer tous les champs du possible afin de venir en aide à la population dans un délai assez court. La Justice devrait atteindre le sommet du pouvoir au moyen d’un cadre légal étant donné que  » seul  » le politicien qui est élu et qui devient chef suprême de l’armée pourrait imposer la tolérance zéro envers la corruption dans son gouvernement, écarter les détournements des deniers publics, stopper l’hémorragie du pillage de nos richesses nationales.

Dans la préservation de l’unité nationale, le Président MAILHOL encourage l’instauration d’un dialogue entre les MALAGASY. Dès lors avec le GFFM, ils condamnent l’instrumentalisation de l’Armée et de nos compatriotes en vue d’une effusion de sang, quel que soit le motif, dans un passé proche et dans le futur. Nous exprimons notre solidarité aux familles des victimes de la place du 13 mai. Il se peut que MADAGASACAR n’échappe pas au triste sort que subit à tour de rôle les pays africains. Nous osons espérer qu’il reste de l’espoir pour notre pays bien-aimé car nous disposons d’UNE PIECE MAITRESSE, un atout considérable sur l’échiquier politique.



                                « HEUREUSE LA NATION DONT L’ETERNEL EST LE DIEU »
GFFM Europe
Ranarivelo Judith